Assurtech d’un côté, Immotech de l’autre. L’assurance de copropriété évolue au rythme d’une double digitalisation. Celle de l’assurance est rapide, accélérée par l’arrivée annoncée de nouveaux acteurs comme Amazon ou par les opportunités offertes par le Big Data. Celle de l’immobilier est plus récente et fait intervenir de nouvelles logiques de construction, de maintenance et de pilotage des bâtiments. Et la digitalisation de l’assurance copropriété se trouve quelque part à l’intersection de ces dynamiques.

Premiers signes de digitalisation : assurance et immeubles

La manifestation de trois phénomènes signe le plus souvent la digitalisation d’un secteur : la maturation de nouvelles technologies (réalité virtuelle, applications mobiles …), l’entrée sur le marché de nouveaux acteurs (Uber, Tencent, start-up…) et la mise en place de modèles économiques diruptifs (« pay-per-use », publicité ciblée …). L’immotech se construit autour de nouvelles technologies : la réalité virtuelle pour la visite ou l’acquisition immobilière, les capteurs et l’internet des objets pour la maintenance des bâtiments, la modélisation logicielle ou 3D pour le suivi des bâtiments … ou des copropriétés. Le manque de maturité de certaines de ces technologies et l’absence de business modèle éprouvé laisse ce secteur en retrait au regard du second : l’Assurtech. Le big data et la prolifération des données y ont permis une analyse plus précise des risques offrant par là de nouveaux services aux courtiers et aux assureurs. L’accès direct au client par le web a remis le client au centre du contrat. Et les acteurs se sont multipliés dans le sillage de géants du web comme Amazon, ou de start-up. En proposant une mutualisation des franchises sur sa plateforme, Inspeer propose un nouveau modèle économique traduisant la rapidité de la digitalisation du marché de l’assurance.

Digitalisation de l’assurance copropriété

C’est donc sans doute en empruntant à ces deux logiques que l’assurance de copropriété doit trouver son ADN digital. Dans son objectif d’Assurtech, Amazon a déjà déclaré vouloir vendre l’assurance locative de ses clients. Les technologies comme le Big Data et plus tard la réalité virtuelle doivent permettre de qualifier plus directement le risque d’un immeuble et d’assurer une copropriété à partir d’une photo, d’un questionnaire simplifié, ou d’un traitement de documents. Les nouveaux modèles économiques apparaissent également : celui des furets s’appuie largement sur le modèle éprouvé des comparateurs en ligne pour créer de la valeur. Mais la digitalisation d’un secteur n’a de valeur que dans la nouvelle offre qu’elle construit pour le client : quelle sera celle de l’assurance copropriété ? (à suivre)

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *